Expo : noli me tangere

Mise à jour, 15/01/2019

 

Du 14 février au 17 mars 2019
Vernissage le mercredi 13 février 2019
Abattoirs de Bomel, Namur

BenjaminVerhoeven_50000Scans_650px

Benjamin Verhoeven, « 50000 scans », videostill, 2017.

 

L’exposition noli me tangere rassemble des artistes qui interrogent la condition et la présence du corps : sa gravité, ses anamorphoses, sa présence réelle ou projetée.

Avec :
Lázara Rosell Albear (CU/BE)
Roger Ballen (ZA)
Claude Cattelain (BE)
Pieter De Clercq (BE)
Nancy Moreno (BE)
Benjamin Verhoeven (BE)

 

Le titre (ne me touche pas en français) est, dans l’histoire biblique, la phrase prononcée par Jésus à Marie-Madeleine lorsque celle-ci veut le toucher pour s’assurer de son existence réelle. Il est également le titre du livre de Jean-Luc Nancy 
sous-titré «Essai sur la levée du corps» (Paris, Bayard, coll. Le rayon des curiosités, 2003).
 Elle fait ainsi référence à la corpo-réalité, à la présence réelle ou imaginée, indiquant en même temps la présence du corps et son absence.

Elle suggère tout à la fois ce corps que l’on peut toucher ou non et la perception que l’on peut en avoir – et, partant, interroge la perception du visible, du sensible, du tangible, et de leur représentation dans le monde d’aujourd’hui.

Elle se fait aussi clin d’oeil aux êtres qui ont traversé ce lieu et qui, s’ils avaient été doués de langage, auraient pu s’exclamer « ne me touche pas».

Les Abattoirs de Bomel, devenus centre culturel et espace d’exposition, sont chargés de leur fonction d’antan, dont la trace et la mémoire visibles ont cependant disparu – hormis quelques détails signifiants dans la signalétique des salles.

Le projet d’exposition s’est développé avec les artistes, en relation avec le contexte, l’histoire du lieu. Une relation sous-jacente, non littérale mais cependant habitée.

Les installations, peintures, vidéos, architectures, oeuvres performatives présentées aux Abattoirs de Bomel ont en commun une certaine aura évoquant la « unheimlichkeit » de Freud, cette inquiétante et à la fois familière étrangeté.

L’anatomie, le corps, une certaine qualité de présence (dés)incarnée font écho à ces anciens abattoirs, demeurant un champ ouvert sur la métaphore spatio-temporelle, historique, et potentiellement socio-politique.

Le corps (physique, digital, architectural), qui est aussi celui d’un monde en mutation, retrouve ici une présence dans l’espace d’exposition autrefois lieu d’abattage. »

Tania Nasielski, commissaire de l’exposition.

 

INFOS PRATIQUES

QUAND Du 14 février au 17 mars 2019
HORAIRE Du mardi au dimanche, de 14h00 à 18h00
VERNISSAGE Le mercredi 13 février 2019, 19h00
Abattoirs de Bomel / Centre culturel de Namur
Traverse des Muses 18, 5000 Namur
 > google maps
PUBLIC Tout public
TARIF Gratuit
INFO +32 81 25 04 03 – info@centrecultureldenamur.be
ACCES Vous venez en train ? Prenez la sortie « Boulevard du Nord », les Abattoirs de Bomel sont à 5 minutes à pieds.
Vous venez en voiture ? Parking SNCB P2, Boulevard du Nord, ensuite 5 min à pieds.

EVENEMENTS DANS L’EVENEMENT :

Plusieurs moments sont prévus durant la période de l’exposition : projection, débat, atelier…
Plus d’infos tout bientôt !

 

UNE INFO, UNE QUESTION, NOTAMMENT CONCERNANT UNE VISITE DE GROUPE OU SCOLAIRE ? N’HESITEZ PAS :

Stevie Lardoux / StevieLardoux@centrecultureldenamur.be / +32 81 25 04 03

 

noli me tangere, une proposition du Centre culturel de Namur.
Image d’illustration : Benjamin Verhoeven, « 50000 scans », videostill, 2017
Graphisme : Marie Lécrivain (avec la Rosart, Camelot Typeface), 2019

14 Fév → 17 Mar 2019

Lieu: Abattoirs de Bomel

Public: Tout public