« La court’Echelle » et le déplacement.

Publié par:

Nous vous parlons régulièrement de La court’Echelle, cette école communale du centre-ville de Namur (rue Julie Billiart) avec qui notre Centre d’Expression et de Créativité (CEC) « Ateliers’Bis » collabore depuis 2008. Soucieuse d’aider les élèves à s’élever et à grandir dans la société, l’école privilégie les valeurs de rencontre, de proximité, de solidarité, de dialogue et d’ouverture à l’autre. Les démarches créatives de notre CEC sont ainsi mises au service de ces notions essentielles.

DCIM999GOPRO

Chaque année, les activités créatives sont construites autour d’un thème central. Le « déplacement » est ainsi à l’honneur en cette année scolaire 2014-2015. Les artistes intervenants que sont Maxime Lambert et le duo BoniSun (aka Stevie Lardoux et Fabian De Backer), accompagnent les 89 enfants des classes maternelles et primaires dans une production collective et évolutive. S’il vous est loisible d’en suivre les étapes via le blog https://lacourtechelle.wordpress.com, nous vous relaterons de manière régulière – ici sur notre site – les faits marquants du projet.

BoniSun_self_photomaton-1BoniSun par BoniSun

Ce thème du « déplacement » s’est imposé assez naturellement. En effet, l’école de La court’Echelle subira prochainement une rénovation qui contraindra élèves et corps enseignant à laisser derrière eux pendant plusieurs mois leur bâtiment de la rue Billiart. Le duo d’artistes BoniSun est, lui aussi, en déplacement. Partis de Namur en janvier 2015 avec leur nouveau né, Stevie Lardoux et Fabian De Backer ont entrepris de traverser les Amériques du centre au nord avec un passage préalable par Paris et la Bretagne. Une fantastique occasion de nourrir le thème de l’année tout en restant connecté aux enfants via Maxime Lambert, le troisième artiste qui continue, lui, à animer physiquement les moments de créativité avec les enfants.

Les artistes, à propos du thème : « En guise de fil conducteur, les enfants sont invités à alimenter un carnet de bord individuel, au fur et à mesure de leurs expériences de déplacements, que ce soit lors des ateliers artistiques, lors de travaux en classe ou de découvertes personnelles. Une année d’illustration du temps qui passe et des espaces qui défilent… ».

Voici, par exemple, quelques premières illustrations des maternelles en guise de premières visions de routes et de moyens de transport :
CourtEchelle_Maternelle_routesvertes2

« … ensuite, une première carte abstraite a été dessinée par les 4-8 ans et les 8-12 ans de l’école. Après avoir tracé 4 segments de déplacement chacun, des routes, des chemins, des traces se sont croisés…
Ainsi l’on peut y voir une cartographie topographique, géologique, subjective ou tout simplement se repérer dans un espace imaginaire ».

Texte: Jean-François Flamey
Photos et video: BoniSun

Enregistrer

Enregistrer