Le temps long

Un film de Lou Colpé

le temps long - lou colpé

 

J’ai commencé à filmer mes grands-parents en 2007. J’avais quinze ans et sans le savoir, j’enregistrais l’apparition et l’évolution d’une maladie déconcertante : Alzheimer. Le film raconte une fraction de leur vie, les huit dernières années.

Lou Colpé.

 

« Lou Colpé filme ses grands-parents depuis qu’elle a quinze ans. Dans ce processus et la relation intense qu’il traduit, elle décèle chez sa grand-mère des signes déconcertants : Alzheimer la rattrape. Un autre film commence alors, plus difficile : l’histoire d’un couple face à une immense épreuve. En luttant contre l’irruption de l’oubli, le fait de filmer devient un acte ultime de résistance. Alors qu’elle tente de retenir les dernières images de ses grands-parents, une conversation intime s’engage et résonne au travers des chansons qui passent à la radio et font rejaillir les histoires et les souvenirs perdus. Des extraits de films se transforment en fragments d’une conversation amoureuse. Lou Colpé se bat en douceur pour son droit à conserver les images et le souvenir de ses chers grands-parents. Ce faisant, elle nous embarque dans un voyage aussi émouvant qu’inoubliable, et aussi tendre qu’abouti cinématographiquement. La dernière lueur du crépuscule devient la chanson d’une nouvelle aube. Uniquement fait de vidéos personnelles, le film évoque un amour envers et contre tout ».  (Giona A. Nazzaro)

 

Aujourd’hui, Lou Colpé vit en coloc’ intergénérationnelle avec Thérèse, 90 ans. Elle a décidé de s’impliquer dans les milieux hospitalier et expliquait il y a peu sur les ondes de France Inter : « Par les portes ou par les fenêtres, j’avais envie de me retrouver dans ces milieux-là. J’avais pas envie d’être là seulement en tant que réalisatrice de documentaires. Et puis je me sens bien dans ces endroits, avec les personnes âgées ou en hôpital psychiatrique. Donc j’ai fait une spécialisation en art-thérapie. Ce que j’essaie de faire, c’est des ateliers individuels pour former des communautés de personnes qui aient du sens. Je veux pas faire un best of de Luis Mariano, ou un « pays-ville ». Moi je n’anime pas, je propose des activités à qui veut participer. »

 

 

A l’issue de la projection, questions/réponses avec la réalisatrice !

 

INFOS PRATIQUES

QUAND Jeudi 11 février 2021
HORAIRE 19h00
DUREE 45min
OU Abattoirs de Bomel / Centre culturel de Namur
PUBLIC Tout public
TARIF 5 €
INFO Mélanie Delva MelanieDelva@centrecultureldenamur.be / +32 491 39 48 84
TICKET Billetterie du Théâtre de Namur au +32 81 226 026 ou billetterie@theatredenamur.be

L’événement sur Facebook :

FB_icon

 

image à la une ce qui reste

Une proposition du Centre culturel de Namur dans le cadre de l’événement « De quoi nous parle la maladie d’Alzheimer ? » Coup d’œil sur l’ensemble des propositions > ici.

 

Le 11 Fév 2021

Lieu: Abattoirs de Bomel

Public: Tout public

Réserver