Médiation autour du spectacle «Notre peur de n’être » de Fabrice Murgia

Publié par:

En cette fin février, les élèves de rhéto de la classe de madame Lalaoui à l’ITN avaient rendez-vous avec Magali Company en charge de la médiation au Centre culturel de Namur / Théâtre de Namur. En effet, dans quelques jours, ces jeunes vont découvrir la pièce « Notre peur de n’être » de Fabrice Murgia au Théâtre de Namur.

Murgia_23022015_2655

Le rôle de Magali Company est de préparer les jeunes à une lecture critique du spectacle. C’est l’un des objectifs majeurs de la médiation, un terme mis un peu à toutes les sauces et qui comporte pourtant un réel enjeu d’éducation par le levier des arts plastiques et des arts de la scène. Car comment appréhender l’art et tout son potentiel d’émerveillement, d’interpellation, d’expression, de lien social et de sens, sans  grille de lecture ? Une grille de lecture qui se construit par le dialogue avec les publics.

Murgia_23022015_2653

Murgia_23022015_2681

Pour commencer l’animation en classe, Magali essaye de percevoir ce que le titre évoque auprès des élèves. Les idées fusent : « ça parle de la vie », « la peur de n’être personne », « l’existence ». Elle leur explique alors que dans la majorité de ses spectacles, Fabrice Murgia raconte des histoires d’errance d’individus, de solitude, d’êtres hyper connectés et pourtant seuls. Des échanges naissent autour de la thématique de l’homme face à la technologie. Les élèves s’expriment tant sur les applications positives que sur les dérives de ces nouveaux outils. « Je ne pense pas qu’il faut retarder la technologie parce qu’on est rentré dans une ère de la technologie et de la communication. Par contre, il faut la maîtriser », exprime Fabrice Murgia dans une interview video à découvrir en ligne sur le site du Théâtre de Namur : http://www.theatredenamur.be/rencontre-avec-fabrice-murgia

Murgia_23022015_2663

Dans sa pièce, Fabrice Murgia aborde le phénomène hikikomori, ces adolescents japonais cloîtrés jour et nuit dans leurs chambres devant leurs écrans. Magali interpelle les étudiants sur le fait d’exister à travers un monde virtuel. Pour la plupart, « c’est pas vraiment vivre, si on n’a que des relations derrière un écran ». Les élèves semblent déjà percevoir « cette peur de n’être » dont parle le spectacle.

Murgia_23022015_2650
Magali partage également avec les élèves le point de vue du philosophe Michel Serres sur le monde numérique au travers de son œuvre « Petite poucette » qui inspira le travail de Murgia. En voici un extrait qui a fait réagir la classe : « En 1900, la majorité des humains, sur la planète, travaillait au labour et à la pâture. En 2011, on ne compte plus que un pour cent de paysans dans les populations. (…) Le nouvel écolier, la jeune étudiante, n’a plus la même vie physique, ni le même monde en nombre, la démographie ayant soudain, pendant la durée d’une seule vie humaine, bondi de deux vers sept milliards; il habite un monde plein. »

Pour conclure l’animation, Magali a rappelé aux élèves que « Notre peur de n’être » reflète le point de vue spécifique d’un artiste, celui-ci n’étant pas universel. Chaque élève se créera sa propre vision suite à la découverte de la pièce.

Cette rencontre entre les élèves de l’ITN et Magali fut une nouvelle opportunité de faire entrer le théâtre dans le cadre scolaire ainsi que d’aborder des thématiques actuelles qui parlent et font parler les jeunes.

Magali Company ainsi que les comédiennes Émilie Herman et Mélanie Delva se rendront encore dans une dizaine de classes pour faire découvrir l’univers de Fabrice Murgia à d’autres élèves (Athénée François Bovesse, Séminaire de Floreffe, Notre-Dame…) avant un debriefing avec ces classes, à la mi-mars, aux Espaces culturels des Abattoirs en compagnie de l’ACMJ (Action Ciné Media Jeunes)

La médiation vous intéresse ? Voici un chemin de lecture :
Cahier Interact # 3 du Réseau des Arts à Bruxelles «La médiation, lieu de culture»
Un métier, un outil : la médiation culturelle
Études – politiques culturelles n°2 : Faire médiation culturelle
Qu’est-ce que la médiation culturelle ?
La médiation culturelle : tentative de définition – Théâtre Les Tanneurs

Introduction : Jean-François Flamey
Compte-rendu et chemin de lecture : Charlotte De Mesmaeker
Photos : Charlotte De Mesmaeker