Olivier Pestiaux (BE)

Publié par:

31170500_1675690842515928_3556863602675679232_o

Olivier Pestiaux

Pratique :

Arts plastiques

Présentation :

OlivierPestiaux_2020-02-11 copie

« Olivier Pestiaux a fait son entrée sur le tard dans le champ plastique, du moins pour ce qui est de son versant officiel – sa première exposition, à la galerie Esther Verhaeghe, date d’il y a quatre ans. A l’origine de sa pratique, il y a un drame – un accident de voiture, dans lequel il est impliqué, ayant entraîné la perte de sa sœur. La tragédie inscrit en lui au fer rouge la date du 28 septembre 1996. Architecte ayant délaissé sa formation originale au profit des technologies de l’image, Pestiaux commence, un an après la plaie douloureuse, à dessiner de manière compulsive. Ce qui met le feu aux poudres est un crayonné initial, réalisé de manière quasi inconsciente, représentant une « voiture en chute ». « Ce dessin a agi comme un électro-choc », raconte l’intéressé. Pendant dix-huit années, il va noircir des carnets rouges « de façon thérapeutique », comme il l’explique. (…)

OlivierPestiaux_THOZEE

Remarqués, ces travaux vont l’amener ailleurs, fidèles en cela à sa fascination pour le concept de « bifurcation » qui occupe une place centrale dans son œuvre. L’Irsa, l’Institut royal pour sourds et aveugles, lui proposera par exemple d’imaginer un atelier en ses murs. Passant outre l’avertissement « On ne des-sine pas avec des gens privés de la vue », Olivier Pestiaux embarquera plusieurs non-voyants dans une aventure conceptuelle de portraits graphiques sollicitant l’intelligence de la main. Percutant et rythmé, le résultat bouleverse en ce qu’il restitue l’empreinte spécifique d’une présence différente au réel. Et produit un nouveau registre d’images ».

Michel Verlinden, dans Le Vif, 29.08.2019

Sur notre site : 

Archives