« Le début s’achève, et si on commençait par la fin ? »

Publié par:

Echos d’espoir…
Replongez-vous avec nous dans les sentiers musicaux, ceux qui adoucissent, ceux qui dévoilent, sans voiles.

orchestra5

C’était il y a quelques mois, un début d’année 2017, un nouveau projet a pris vie pour les élèves de rhéto de l’institut de la Providence de Champion. Ils ont chanté et défendu avec véhémence, Ô notes fougueuses, la chanson « Thoughts on the Oxymoron Military Intelligence », composée et interprétée par Garrett List. Chanson inspirée du poème de l’auteure, metteuse en scène et actrice new-yorkaise Judith Malina. Poésie qui se veut consolante, mais aussi heurtante. Texte qui prend tout son sens, qui prône la non-violence. Sur la scène du Théâtre de Namur, et ce, pendant quelques instants, ces jeunes ont gravi les marches afin de pourvoir chanter en compagnie de Monsieur List et des musiciens d’Orchestra Vivo !, leurs vibratos de paix… Paroles poignantes et saisissantes. Point d’armes, on désarme. N’ayez peur, frères de coeur, l’heure est à l’heur…

 

Séances, avant l’instant

orchestra1

Durant les mois de décembre et janvier derniers, les étudiants de Champion ont eu la possibilité de répéter plusieurs fois la chorégraphie et le chant, en compagnie de Garrett List, d’Anne Englebert, metteuse en scène et scénariste en collaboration avec Orchestra Vivo !, de leur professeur de français, Dominique Rappe et de son frère, Etienne Rappe, programmateur à la Philharmonique de Namur.
Afin de défendre au mieux les valeurs de la chanson, des résidents issus du centre de la Croix-Rouge de Namur ont fabriqué plusieurs pancartes au cours de deux ateliers menés par Yolande Fiévez, et auxquels Dominique a pu participer. Panneaux qu’ont utilisés les élèves de 6e lors du concert, et qui révèlent, dans différentes langues, quelques paroles reprises de la chanson « Thoughts on the Oxymoron Military Intelligence ».

orchestra2

Les répétitions s’enchainent, tout n’est pas encore au point, mais au fur et à mesure, harmonie et légèreté se dessinent entre tous. « Il faut toujours des moments de chaos pour que tout puisse se mettre en place », assure Anne aux jeunes. Corps en mouvement, ils bougent, ils s’échauffent, ils écoutent tout en s’écoutant. Regards croisés, les mains se joignent, la confiance règne. « J’étais convaincu que les élèves retireraient quelque chose d’intéressant du projet, mais je ne savais pas très bien dans quoi je me lançais. » confie Dominique. Ils découvrent la scène, la musique, le rapport humain…

illu-orchestra

Eclats de croyances, en scène…

orchestra4

Vendredi 20 janvier 2017, jour de représentation, mais également dernière répétition pour les élèves de Champion. Dans le foyer du Théâtre de Namur, les étudiants fredonnent en coeur, un peu incertains, un peu tendus, et pourtant impatients. Etienne est là pour les guider, leur expliquer certaines techniques à adopter. « On ne dit pas à des jeunes tout simplement « soyez spontanés, et chantez comme vous le sentez », sans quoi il ne se passe rien sur le plateau. Ils n’ont pas d’éléments concrets sur lesquels s’appuyer. » Ils ont de l’audace ces jeunes, ils comprennent, assimilent, surprennent et se surprennent ! Adolescence, pleine de cadence. « Il faut envoyer les consonnes comme des coups de canon. Il faut attaquer le son, il faut exagérer le son. Il faut affirmer quelque chose de puissant. Soyez convaincus par ce que vous dites et ce que vous chantez. Essayez de ressentir l’énergie rythmique des musiciens, ne soyez pas intimidé. Le plus important, c’est que vous viviez quelque chose de profond. » leur explique Etienne. La pression montre tout doucement le bout de son nez…

orchestra3

20h30, la salle du Théâtre se remplit. Garrett List fait son apparition. Humain et généreux, calme et apaisant, accent de velours, qui glisse dans les oreilles. Il chante et enchante. C’est bientôt au tour des rhétoriciens de se dévoiler. Car oui, ils se dévoilent, ils se livrent, ils chantent pour la solidarité et le cessez-le-feu, pour l’entente entre tous. Ils escaladent les marches. Ils s’arment de courage mais aussi d’envie. Envie de dire ce que d’autres n’osent pas. « Sur scène, j’ai vraiment eu l’impression de faire quelque chose de bien, je voyais un des réfugiés devant me regarder en souriant et ça m’a fait plaisir. » témoigne une des élèves de Champion. Les générations se mélangent. La différence nous rassemble et nous démontre, que dans tout un chacun, peuvent se trouver des élans de bonté. Brandissant leurs pancartes, ils (s)’affirment ! Révérence.

 

Et l’après ?

A la fin du concert, les élèves ont eu la chance de rencontrer trois participants du centre de la Croix-Rouge ayant réalisé les pancartes. Ils ont échangé, malgré la difficulté de communiquer des uns et la timidité des autres. « J’ai été heureux de voir arriver des réfugiés au Théâtre, la communication était difficile, mais grâce à Nadège (du collectif Citoyens Solidaires), nous avons pu recueillir un très beau témoignage. »

Un projet ? Pas que. C’était une expérience, de vie, mais aussi d’ouverture aux autres. Les jeunes ont appris à se connaître, eux et leurs camarades. Ils ont découvert les faiblesses d’une société qui dérange, qui parfois fait peur et déstabilise. Ils se sont intéressés au pourquoi, en discutant, en côtoyant d’autres personnes, d’autres façons de penser et d’agir.
Soyez-vous mêmes, soyez humains, ne négligez pas votre liberté de penser et d’être. Pleurez, riez, parlez sans facettes !

 

Attention, vous êtes filmés !

Suite aux violations des droits de l’homme aux quatre coins de la planète, Orchestra Vivo ! a souhaité réaliser un clip vidéo, afin de transmettre un message, regorgeant d’ondes positives et de fraternité. Et c’est au cours des répétitions et du concert que les caméramans ont pu capturer ces moments de complicité, de bienveillance entre les élèves et l’équipe.

Vidéo

Réalisation par Joachim DEL PUPPO

Caméramans

Joachim DEL PUPPO
David SALAVATORE
Cédric COOMANS
David GEUKENNE
Jean Cédric LOGNARD

Un projet d’Orchestra Vivo, sous la direction de Garrett List !

Avec le soutien de La Loterie Nationale, du Théâtre de Namur, de la Philharmonique de Namur, du Centre culturel de Namur, de l’Institut de la Providence de Champion, de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la Wallonie, de la Ville de Liège et de la Province de Liège/Service culture

__________

Texte, ITV et photos : Marie Belot / CCNamur