Thierry Robrechts, journal d’une atrophie

Publié par:

Namur, 19 juin 2020
Dernière mise à jour, 21 juillet 2020

Gabarit__journal_ThierryRobrechts

 

« Atrophie », c’est le mot que le peintre, sculpteur et auteur Thierry Robrechts associe au travail qui l’occupe durant la première quinzaine de juillet dans la salle d’exposition au cœur des Abattoirs de Bomel. Il s’y est s’installé avec son matériel, sa radio, ses lectures, son siège et surtout l’entièreté de son être, dans toute sa générosité.

Bonne nouvelle pour ceux qui en douteraient, Thierry Robrechts n’est pas du tout atteint d’atrophie; cela reviendrait à dire qu’il est affaibli… Qui oserait croire cela lorsqu’on le connait un peu. Loin d’être le privilège de celui qui écrit ces mots, vous aussi vous allez avoir l’occasion de le connaître un peu, à travers son acte de création et aussi à travers la rencontre. La rencontre… ce terme que certains tiennent loin d’eux, peut-être par manque de confiance, ou par crainte de l’autre, ou par manque de courage mais toujours avec un seul et même résultat : l’ignorance. Et il en faut du courage pour affronter ses propres peurs, celui des oiseaux comme le chante si justement Dominique A.

 

 

Thierry Robrechts le sait, c’est à force de travail continu que l’on devient plus fort, en affrontant les éléments de la nature et l’imbécilité de certains hommes. Ce sera donc bel et bien de l’atrophie du monde qui nous entoure dont il sera question ici. Nous ferons état de son travail au fil des jours sur cette page, en commençant d’emblée avec les dessins que Thierry réalise depuis la mi juin sur certaines vitrines de commerçants namurois qui ne sont pas choisis au hasard.

ThierryRobrechts_atrophie_vitrinenamur

 

La première affiche est posée, elles sont dessinées sur les vitrines de commerces qui ont un sens dans mon quotidien, une manière de célébrer la fidélité et la douceur des jours qui se succèdent. Le premier est Le Pain Quotidien Namur, 15 ans maintenant que chaque matin Cécile et son personnel m’accueillent pour mon café, un partage chaleureux et réconfortant. Merci pour ces bons moments.

 

Seconde affiche dessinée, chez Graphica, fournisseur de matériel Beaux-Arts, Martine, Guy, Magali, Vincent et Louise que je vois grandir, distillent leurs conseils aux amateurs comme aux professionnels. Quelques collaborations et beaucoup de conversations plus tard, leur enthousiasme et leurs encouragements sont précieux ! Merci pour la confiance.

 

Troisième affiche, chez Cedryc Hair Designers, Cédryc accueille mes dessins dans son salon de coiffure depuis longtemps déjà. Au-delà de la figure commerçante connue de tous, nous partageons une passion commune pour le cyclisme grâce à laquelle nous parcourons les routes de la région. Un pas de porte où je prends plaisir à lever la main pour un salut quotidien aux as du ciseau !

 

Quatrième affiche, chez Librairie Point Virgule, souvenirs lointains d’échanges sur Paul Willems avec un jeune libraire. Je ne sais plus quand c’était, mais depuis, Anouk a rejoint Régis, et depuis un moment maintenant ils distillent leurs conseils aux lecteurs débutants et confirmés. Assistés de quelques collaborateurs, barbus ou pas, à lunette et bicyclette, discrète et délicate, ils tiennent éclairée la lumière du phare dans la tempête moderne. Merci pour la résistance.

 


 

Samedi 27 juin 2020

Dessin préparatoire.

ThierryRobrechts_105484930_3051962361517700_8296951674058592810_o

 


 

Mercredi 1 juillet 2020

Thierry Robrechts prend ses quartiers…

JeanFrancoisFlamey_010720_03

 

JeanFrancoisFlamey_010720_59

ThierryRobrechts_dyp_300620_59

 


 

Jeudi 2 juillet 2020

 

 


 

Lundi 6 juillet 2020

Les enfants du quartier s’en donnent à cœur joie sur un mur que Thierry met à leur disposition.

JeanFrancoisFlamey_060720_26

 


 

Lundi 6 juillet 2020

Vendredi passé, Thierry Robrechts a reçu la visite du guitariste Stigman. Nous en avons fait une vidéo.

 


 

Mardi 7 juillet 2020

De plus en plus de textes au mur…
JeanFrancoisFlamey_070720_07

JeanFrancoisFlamey_070720_31

 

 


 

Mercredi 8 juillet 2020

Cette fois, c’est le DuoETNA – à savoir Camille Fisette (violon) et Marie Havaux (piano) – qui est venu rendu visite à Thierry.
Fabian De Backer en a capté quelques images.

 


 

Vendredi 10 juillet 2020

Reportage de la télévision locale Canal C par Sophie Broodcoorens et Gilles-Antoine Moniotte.

 

ThierryRobrechts_CanalC

 


 

Mercredi 15 juillet 2020


Ou quand Thierry Robrechts reçoit la visite de BBO du blog
Graffiti Art On Trains :  » sous le nom générique d’ATROPHIE, Thierry Robrechts présente sa résidence comme, et je le cite : une tentative d’exploration de zones intimes, refoulées ou inconnues. Un travail vers le contentement personnel hors de l’exigence réductrice du résultat, le soi hors de jugement mais dans le respect. L’écriture mythologique d’un royaume oublié. Une vulnérabilité éclose. L’oiseau sur la branche « .

 

La suite, en cliquant sur ce lien.

 


 

Jeudi 16 juillet 2020

Le saviez-vous ? Thierry est aussi cycliste à ses heures perdues. Et quand Julien Braeckevelt – un de ses compagnons de route – vient lui rendre visite, lui non plus ne vient pas les mains vides.

 

 


 

Jeudi 16 juillet 2020

JeanFrancoisFlamey_160720_31

 

 


 

Jeudi 16 juillet 2020

Nouvelle rencontre, avec cette fois la danseuse/performeuse Julianne Dãnapati qui nous a présenté le très voodooèsque « Today a small bird died due to sadness » sur la musique du même titre composée par le duo Lilly Joel (Lynn Cassiers & Jozef Dumoulin) et extraite de l’album « What Lies In The Sea » (paru chez Sub Rosa). Magnifique moment de justesse dont voici quelques captures d’écran d’une vidéo réalisée par Robin Nissen.

 

Atrophie_Julianne_650px

Dialogue avec l’oiseau.
« – qu’est ce que tu dirais à un petit oiseau mort?
-J’espère que tu as fait bon voyage mon pote !
– il est mort de tristesse…
-oh non … dis lui que c’est les laisser gagner.  »

 

On ne résiste pas à l’envie vous mettre ici le morceau du duo Lilly Joel.

 

 


 

Vendredi 17 juillet 2020

Tôt le matin, Thierry a collé dans la cour des Abattoirs une partie des feuilles sur lesquelles les enfants ont dessiné durant ces deux dernières semaines. En tout, plus de six mètres de dessins ! Une manière de les remercier et de les laisser s’en emparer à nouveau.

 

JeanFrancoisFlamey_170720_07

 


 

Vendredi 17 juillet 2020

Dans le processus de Thierry Robrechts, une envie émerge, parmi bien d’autres : celle de rendre tangible quelques rencontres avec d’autres artistes, musiciens et designers sonores.

Au départ d’un texte écrit de sa main, qu’il a ensuite lu et enregistré, Thierry propose à chacun d’imaginer une création sonore qui viendra se conjuguer à l’enregistrement initial de sa voix.

Une seule écoute préalable est permise pour faire connaissance avec le texte. Ensuite, au moment de se lancer dans l’enregistrement de sa propre création, chaque artiste se retrouve seul à seul avec la voix de Thierry dans le casque le temps d’une prise son unique. La spontanéité et le « non anticipé » sont les principales règles du jeu. L’exercice est aussi excitant que casse-gueule. En résulte cinq nouvelles lectures et une « assemblée » reprenant toutes les pistes ! C’est cette version que nous vous proposons de découvrir ici. A vous de juger si la magie opère…

Avec :
Thierry Robrechts : texte et voix
Marie Havaux : piano
Camille Fisette : violon
Xavier Dubois : guitare, pédale à effets
Olivier Lefebvre : design sonore + enregistrements & mastering
Jean-François Flamey : fieldrecordings et design sonore

 


 

Ce journal de bord sera alimenté au jour le jour, n’hésitez pas à y revenir.

 


Plus d’infos pour rendre visite à l’artiste > ici
Thierry Robrechts sur le web > FacebookInstagram

 


Une proposition du Centre culturel de Namur dans le cadre de « Un Eté Autrement« .