Exposition : Régis Defurnaux, « 舞妓 (maiko), féministes par tradition »

Gratuit !!!

regis-defurneux

«L’apprentie Geisha Tanekawa observe attentivement les répétitions d’une danse de printemps dans le théâtre du Kaburenjo».

Tout au long d’Un Eté à Bomel, découvrez l’exposition du photographe Régis Defurnaux. Son reportage « 舞妓 (maiko), féministes par tradition  » donne à voir ces œuvres d’art vivantes aux avant-postes de la féminité japonaise: les maiko. Insoumises et traditionnelles, elles conjuguent et se jouent des contradictions par la pratique des arts traditionnels. Un regard intime sur un monde de femmes méconnues, une exposition d’une grande poésie visuelle !   

« 舞妓 (maiko), féministes par tradition  » est un reportage sur le monde des apprenties Geisha de Kyoto, les Maiko.  Prisonnières des clichés liés au monde la prostitution, instrumentalisées à des fins touristiques, fantasmées comme jouets sophistiqués pour hommes, ces jeunes femmes sont d’une toute autre nature : ce sont des artistes à part entière. En effet, ces femmes témoignent de pratiques artistiques très anciennes (danses, chants, récitations, instruments, cérémonie du thé) qui sont profondément liées aux saisons. Elles nous transportent également jusqu’aux origines animistes de la société japonaise, tout en plongeant leurs racines dans l’art courtois, le théâtre Kabuki et les danses propitiatoires du monde champêtre.

Oeuvres d’art vivantes, elles sont cependant aux avant-postes de la féminité japonaise en redéfinissant le statut de la femme dans le tissu social, via le modèle et l’esprit d’indépendance qu’elles incarnent. Bien au-delà de l’opposition simpliste entre tradition et modernité, ce sont des femmes contemporaines publiques. Féministes « par tradition », elles se choisissent librement une vie d’artiste avant que la vie ne les choisisse. A ce titre, ce reportage montre de manière inédite et intime l’évolution en cours du rapport des genres au Japon, et la manière dont ce pays si particulier recompose ses identités à l’aube du XXIème siècle.
Puissamment liées au monde évanescent des fleurs, ces jeunes femmes questionnent notre condition humaine : un équilibre vivant entre une sensation intime d’immédiateté et un sentiment étrange de permanence – comme en photographie.

Plus d’infos sur Régis Defurnaux >www

QUAND Du vendredi 30 juin au vendredi 14 juillet 2017
Vernissage Vendredi 30 juin 2017 à 18h30
Rencontre avec l’artiste Mercredi 5 juillet 2017 à 18h30 / Avec la complicité de la librairie Point Virgule
Expo accessible Du lundi au vendredi, de 14h00 à 18h00 + lors des événements en soirée
Abattoirs de Bomel / Centre culturel de Namur > Google Maps
PUBLIC Tout public
TARIF Gratuit
INFO info@centrecultureldenamur.be / +32 81 25 04 03

L’événement sur Facebook :
FB_icon

 

__________
Une proposition du Centre culturel de Namur
Dans le cadre d’Un Eté à Bomel 2017

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

30 Jun → 14 Jul 2017

Lieu: Abattoirs de Bomel

Public: Tout public